Une immersion dans la splendeur de la Belle Époque italienne

Rocco Forte Hotels

Au début du XXe siècle, l’élite européenne rêvait de séjourner à Palerme. Cette ville où trônaient des villas somptueuses aux bals féériques était le bastion de la dynastie industrielle des Florio. Grâce à leur fortune issue du marsala et du transport maritime, la famille organisaient de superbes soirées dont la pièce maîtresse était sans doute la captivante Donna Franca, la femme d’Ignazio Junior.

Sur le Vieux Continent à la période de l’entre-deux-guerres, la Belle Époque s’étendait aux arts et à la culture. Auteurs, compositeurs et artistes se rendaient tous en Sicile, une étape incontournable du Grand tour de par son atmosphère qui demeure encore aujourd’hui exotique avec son mariage d’anciennes civilisations et de traditions héritées d’une myriade de cultures.

Ernesto Basile – un architecte culte

En ville, il reste beaucoup de traces de cette période de changements et d’évolutions. La Belle Époque a transformé le visage de Palerme dont on peut voir les effets sur les jolis kiosques ornementés disséminés en ville. Certains ont été imaginés par Ernesto Basile, l’architecte le plus connu ayant travaillé à cette époque sur l’île. Il a également supervisé la fin des travaux du Grand Théâtre Victor-Emmanuel ainsi que Villino Florio, la demeure de l’excentrique Vincenzo Florio Junior.

L’influence de Basile s’étend jusqu’au quartier côtier de Mondello, où il a construit une série de maisons d’été pour ses riches clients. C’est aussi lui qui a conçu la Villa Igiea pour les Florio, à l’origine un sanatorium érigé pour les besoins de la fille d’Ignazio et Franca. En revanche, si de grands hôtels ont poussé par myriades durant la Belle Époque, la villa a été reconvertie en retraite opulente avant même la fin des travaux.

Villa Igiea – un chef-d’œuvre de la Belle Époque

L’hôtel de la réception (la salle Basile) a été imaginé par l’architecte lui-même. La visiter aujourd’hui s’apparente à effectuer un voyage dans le temps. Des peintures murales commandées au peintre Ettore de Maria Bergler ornent les murs de scènes montrant des femmes aux colliers de fleurs – un triomphe de l’Art nouveau en Sicile.

Le restaurant Florio, avec ses miroirs dorés et ses accents floraux qui rappellent la luxuriance des plantes à l’extérieur, évoquent quant à eux une époque pendant laquelle l’hôtel était l’adresse la plus prestigieuse de Sicile, apprécié des stars de cinéma et des têtes couronnées.

Pour un séjour façon Belle Époque en Sicile, réservez sur Villa Igiea.

Cinq monuments Belle Époque à Palerme :

1. La Villa Igiea : le plus bel hôtel de style Belle Époque en Sicile.
2. Grand Théâtre Victor-Emmanuel : appréciez opéras et ballets dans ce splendide monument.
3. Le chiosco Vicari : un kiosque dessiné par Basile en face du théâtre.
4. La Villino Florio : la superbe demeure de Vincenzo Florio.
5. Le théâtre Kursaal Biondo : cet ancien cinéma à la façade imaginée par Basile est désormais un hall de bingo.

You may also like

Une douce musique pour sauver les oliviers

Cet été, la Masseria Torre Maizza soutient une cause qui mérite notre attention. Save the Olives, une organisation à but non lucratif défendue par l’actrice Helen Mirren, a pour mission de sensibiliser le public à la Xylella fastidiosa, une bactérie qui ravage les oliviers des Pouilles et qui a un impact sur l’économie et l’écosystème locaux. Pour la soutenir, nous avons conçu un incroyable calendrier musical et artistique au milieu des oliveraies de notre Masseria – un cadre idéal pour faire passer le message de l’organisation.

Paysages infinis : le monde mélancolique de Caspar David Friedrich

Un personnage solitaire se tient debout sur un précipice. Face au spectateur, il surplombe un épais brouillard, transpercé ici et là par des rochers déchiquetés. Héroïque, mystérieux et évocateur, Le Voyageur contemplant une mer de nuages de Caspar David Friedrich est la représentation ultime de l’ère romantique – un génie énigmatique qui ne fait qu’un avec la nature.

L’étoffe de la vie : l’héritage durable de Loretta Caponi

D’une enfant précoce à un nom connu de tous, l’histoire de la créatrice italienne et légende de la broderie Loretta Caponi est tout à fait remarquable. Guido Conti Caponi, directeur général de sa maison de couture éponyme, s’attache à perpétuer l’héritage de sa grand-mère.