Mozart pour les millennials : comment l’opéra allemand attire un nouveau public

Rocco Forte Hotels

Directeur artistique radical, charismatique et déterminé à adopter une « approche artistique novatrice, ambitieuse et courageuse », Matthias Schulz est responsable de la grande rénovation du Staatsoper de Berlin. Après avoir fait renaître ce monument emblématique de ses cendres, Schulz s’est donné pour mission de faire aimer l’opéra aux jeunes générations. Il explique ici à Gordon Debus, directeur général de l’Hotel de Rome, voisin du Staatsoper, comment il compte les séduire…

Pensez-vous qu’il est important d’essayer de rendre l’opéra plus accessible, et comment un lieu emblématique comme le vôtre s’y prend-il pour attirer un public plus jeune ?

« C’est une priorité absolue pour moi. Ma mission est d’aider le public à développer un intérêt pour l’opéra et la musique classique dès le plus jeune âge. Au Staatsoper, nous avons créé un nouvel orchestre pour les enfants de 7 à 12 ans, le Kinderopernhaus Berlin, qui travaille avec les écoles de musique de Berlin et l’orchestre de la Staatskapelle Berlin. J’ai très hâte de voir la première représentation de l’orchestre, qui aura lieu en avril. »

Comment travaillez-vous avec les écoles et communautés locales pour aider la jeunesse à apprécier l’opéra ?

« Le Kinderopernhaus Berlin travaille avec les écoles de musique, les écoles primaires et les MJC berlinoises. En plus de donner aux enfants la possibilité de se produire au Staatsoper, nous voulons leur donner la chance de découvrir l’opéra et de jouer de la musique dans un cadre ludique et pratique. De plus, nous proposons des concerts et des opéras pour enfants, des ateliers, des visites de répétitions d’orchestres, des clubs jeunesse et une chorale pour les jeunes. »

On pense souvent que l’opéra est réservé à un public plus âgé. Comment faites-vous pour bousculer cette idée reçue ?

« Il est très important pour moi que les jeunes puissent aussi profiter de notre programme. Nous proposons donc toute une gamme de billets à tarif réduit pour les moins de 30 ans. Les prix ne doivent pas constituer un frein à l’accès à la culture, et nous voulons que l’opéra soit accessible aux plus jeunes. C’est notre responsabilité d’aider à lever les réticences qui pourraient empêcher la jeunesse de donner une chance à l’opéra. Aucune connaissance préalable n’est requise pour apprécier l’opéra ; c’est vraiment quelque chose que vous pouvez apprécier de façon intuitive. »

Pour réserver votre séjour à l’Hotel De Rome et découvrir les fascinantes attractions culturelles de Berlin, veuillez écrire à l’adresse info.derome@roccofortehotels.com ou appeler le +49 30 460 60 90.


You may also like

Une douce musique pour sauver les oliviers

Cet été, la Masseria Torre Maizza soutient une cause qui mérite notre attention. Save the Olives, une organisation à but non lucratif défendue par l’actrice Helen Mirren, a pour mission de sensibiliser le public à la Xylella fastidiosa, une bactérie qui ravage les oliviers des Pouilles et qui a un impact sur l’économie et l’écosystème locaux. Pour la soutenir, nous avons conçu un incroyable calendrier musical et artistique au milieu des oliveraies de notre Masseria – un cadre idéal pour faire passer le message de l’organisation.

Un château… et bien plus encore : les échappées balnéaires d’Édimbourg

Pourtant, à quelques kilomètres des ruelles pavées, les rivages sablonneux d’Édimbourg offrent une échappée sereine et salée. À moins d’une heure de route du Balmoral, découvrez notre sélection des plus belles plages de la capitale écossaise et passez des journées d’été langoureuses lors d’une baignade rafraîchissante, en vous régalant d’un fish and chips et en admirant la vue sur la mer. 

“Authentique sans être traditionnel” – Zuma fait ses débuts en Allemagne au The Charles Hotel

Après deux décennies de succès avec son approche innovante de la cuisine japonaise, le restaurateur international Rainer Becker amène Zuma en Allemagne pour la première fois avec un pop-up estival très attendu au The Charles Hotel. M. Becker, qui a perfectionné ses compétences dans des restaurants étoilés au guide Michelin en Allemagne avant de tomber amoureux de la cuisine japonaise à Tokyo, revient dans son pays natal 22 ans après avoir lancé le premier Zuma à Londres.