Votre guide pour un régime “climatarien”

Rocco Forte Hotels
JANV. 6th

Une approche écologique de la nutrition

“Nous sommes à un tournant vraiment passionnant de la nourriture, autant au Royaume-Uni que dans le reste de l’Europe. Nos hôtes font preuve d’un réel enthousiasme et d’une grande curiosité pour la cuisine, les chefs et les ingrédients locaux de qualité. J’ai l’impression qu’en tant que marque, Rocco Forte Hotels est bien située pour créer une sélection de mets et d’expériences gastronomiques qui viennent complémenter son hospitalité déjà extraordinaire,” explique le chef étoilé Adam Byatt, notre directeur culinaire au restaurant de Londres le Charlie’s.

Alors que nous prenons de plus en plus conscience de notre impact sur la planète, nombre d’entre nous s’orientent vers un régime alimentaire “climatarien”. Voici tout ce qu’il faut savoir de cette nouvelle diète.

 

Qu’est-ce qu’un régime “climatarien” ?

Suivre ce régime veut tout simplement dire que vous optez pour une diète écologique peu nuisible pour l’environnement. Cela implique de manger des ingrédients qui ont été produits localement et possèdent une empreinte carbone faible.

Le terme de régime “climatarien” est entré dans le dictionnaire Cambridge en 2015 et prend de l’ampleur alors que nos responsabilités vis-à-vis de la planète grandissent. Les restaurants créent des menus qui prennent en compte l’impact sur l’environnement, des applications comme Kuri offrent une sélection de recettes “climatariennes” et des entreprises telles la startup Moonshot vendent des logiciels durables qui encouragent les compagnies agroalimentaires à évaluer leur impact environnemental.

Comment devenir “climatarien” ?

Les consommateurs prennent conscience de l’impact environnemental de leur régime alimentaire et agissent en fonction. Une règle simple pour devenir climatarien est de prendre en compte l’effet de votre diète sur la planète lors de vos décisions quotidiennes.

Les climatariens se sont rendu compte qu’être végétarien n’était plus suffisant pour inverser le changement climatique. Ainsi, échanger de la viande pour des légumes cultivés sous serre qui ont ensuite voyagé sur des milliers de kilomètres peut en réalité augmenter votre empreinte carbone plutôt que de la réduire.

Bien que beaucoup de climatariens ne soient pas végétariens, ils s’assurent néanmoins que la viande qu’ils consomment provient d’une ferme locale plutôt que de fermes industrielles à l’autre bout du globe. Ils se procurent aussi des fruits et des légumes de saison, évitent de gâcher de la nourriture, choisissent des produits sans huile de palme et cuisinent leurs propres repas plutôt que d’acheter des plats préparés.

 

Où se restaurer chez nous en Europe

Plusieurs de nos restaurants en Europe proposent déjà des menus qui suivent une approche climatarienne. En Sicile, la Verdura Società Agricola (Ferme Biologique Verdura) nous permet de vous faire connaître nos produits cultivés sur place. Sur les 230 hectares du domaine du Verdura Resort, nous possédons 2 000 oliviers, 3 000 orangers, 250 amandiers, 150 figuiers de Barbarie, 120 grenadiers et 50 citronniers. Notre potager occupe un terrain de 2 600 m2 sur lequel poussent des herbes aromatiques telles que le romarin, la sauge, la menthe, le fenouil sauvage ainsi que des artichauts, des aubergines, des tomates, des piments, des melons, des poivrons, des haricots biologiques et bien plus encore.

Le restaurant le Sophia’s du The Charles à Munich n’est pas en reste. Il est connu pour développer le concept de bistronomie botanique, un terme porte-manteau composé de “bistro” et “gastronomie” dont les recettes utilisent des ingrédients d’anciens jardins botaniques qui bordent l’hôtel. Les aliments, cueillis main, viennent aussi des producteurs locaux. Les fromages maison sont confectionnés par les crèmeries des fermes et des monastères alpestres et la viande et le poisson, comme le gibier et la truite, sont acheminés de la ferme familiale Gutshof-Polting, établie en Bavière depuis 1899.

Au Royaume-Uni, notre directeur culinaire Adam Byatt prône l’utilisation de produits locaux de saison pour créer des plats anglais revus et corrigés au Charlie’s, le restaurant du Brown’s Hotel à Londres. Le restaurant Number One, du The Balmoral à Édimbourg, se procure également des ingrédients issus d’une liste exceptionnelle de fermiers et de pêcheurs afin de préparer une cuisine écossaise contemporaine.

Découvrez un éventail de choix de plats aux produits frais et locaux dans chacun de nos hôtels en Europe.